L'importance du détail : le toucher

Warning!

Are your sure you would like to delete this favorited item from your dashboard?

Le toucher

La main humaine est l’instrument le plus sensible pour recevoir de l’information sur le monde. Le bout de nos doigts et leurs centaines de capteurs nous permettent de percevoir la chaleur ou le froid du métal ou de repérer les objets dans l’espace qui nous entoure. Nous pouvons vérifier la qualité et la solidité d’une structure ou prendre plaisir à toucher un tissu. Un objet lisse dont la forme sculptée épouse parfaitement la main invite à l’interaction ou au déploiement. L’ourlet d’un capitonnage agréable à l’œil attire la main qui veut confirmer le message visuel de qualité. De la même façon, l’interrupteur d’une lampe de travail – élément clé de son bon fonctionnement – peut présenter une forme, une couleur et une taille particulières. Cependant, un autre niveau de détail apparait au moment où on appuie sur l’interrupteur. La surface est-elle rude ou lisse? L’interrupteur semble-t-il fragile ou solide? La sensation de l’interrupteur sous la main aide-t-elle ou nuit-elle à son fonctionnement? Les détails inspirent ou entravent l’engagement envers nos outils de travail. Ils modifient la qualité de notre interaction grâce aux boutons et aux leviers sur un fauteuil de travail, à la poignée d’un tiroir de bureau ou au clavier de notre ordinateur.

En tant que détail de conception, le toucher est souvent intimement lié au son, la perception du son tributaire d’un toucher initial – la pression de la main servant à activer un interrupteur ou à fermer un tiroir, le tapotage des doigts sur le clavier ou la souris. Bien sûr, nous sommes en permanence entourés par le son. Le bruit de fond ambiant dans notre vie au travail, dans la rue, dans les magasins. Par contre, les objets, lorsqu’on les croise, les manie ou les manipule – en bref lorsqu’on les touche – émettent également des sons tombant presque sous le seuil de la conscience, qui pourtant affectent nos émotions et notre comportement.

Le toucher et le son nous en disent long sur la qualité de conception. Le glissement du tiroir de votre bureau lorsqu’il s’ouvre est un détail qui évoque le caractère de sa construction – très différent du tiroir qui fait du bruit ou bloque lorsqu’il est tiré ou poussé. Il en va de même pour une table ou un fauteuil sur roulettes. La table roule-t-elle en douceur sur le plancher? Le fauteuil glisse-t-il facilement en place? Ou notre toucher révèle-t-il une mauvaise conception ou exécution? La présence ou l’absence de son attire-t-elle l’attention sur une mécanique ingénieuse et des détails bien exécutés? Le claquement sourd d’une porte d’armoire lorsqu’on appuie pour la fermer nous assure qu’elle est bien fermée. Le « catchonk » d’une agrafeuse nous confirme qu’elle a fait son travail. Le toucher et le son communiquent – faisant souvent la différence entre un objet qui fonctionne comme prévu et un autre qui ne fonctionne pas bien, ou entre un outil convivial et un outil qui ne remplit pas sa fonction.

null
null
null


Il existe autant de façons d’écrire au sujet de la conception qu’il existe de pratiques de conception. Nous pouvons décrire, analyser, comparer, juger et classer; proposer des théories sur la créativité, la forme et la fonction sociale. Nous pouvons qualifier la conception de langage ou de mode de pensée. Ou encore, nous pouvons nous arrêter sur un volet essentiel de la conception, c’est-à-dire le détail. Bien qu’un détail puisse être de proportion modeste – un bouton, une couture, un fermoir, une moulure –, le sujet n’est pas pour autant banal. Le détail de conception est porteur de concepts plus vastes, peu importe sa taille. Sa portée par rapport à l’ensemble de l’objet peut être moindre, mais sa signification n’est pas moins profonde. Le détail rend la conception non seulement intelligible, mais également mémorable et significative. Télécharger Aucun détail n’est insignifiant pour l’explorer pour en détail.

SHOW FILE PROPERTIES
file name

description

size

created

modified