Aucun détail n’est insignifiant : l’échelle

Warning!

Are your sure you would like to delete this favorited item from your dashboard?

L’échelle

Les notions d’échelle et de proportion nous viennent de l’ancienne civilisation grecque, des mathématiciens de la Renaissance et des modernistes du XXe siècle comme l’architecte Le Corbusier qui a orienté sa philosophie de conception sur des concepts d’harmonie et de proportion. Pourtant, les proportions classiques ont toujours pour nous leur raison d’être, car nous semblons posséder un sens inné de la « justesse » d’échelle et de la proportion, de même qu’une capacité à interpréter l’échelle du point de vue de la fonction et de la forme.

L’échelle d’un objet semble-t-elle adéquate étant donné la fonction de ce dernier et le contexte dans lequel il s’inscrit? Que transmet l’échelle? La longueur et la largeur d’un bureau, ses dimensions et proportions, peut-être suggère-t-elle des usages appropriés, mais également le rang social de l’utilisateur. Un fauteuil ou un canapé surdimensionné confère un aspect dramatique aigu et peut exprimer l’autorité. À l’opposé, un fauteuil léger et aux formes nettes sous-entend un mode plus dynamique, un fauteuil que les utilisateurs pourront déplacer en fonction de leurs tâches et activités. Ainsi, l’échelle influence le comportement humain, initiant une action ou une réaction que nous ayons ou non consciemment interprété les mathématiques d’échelle à l’œuvre.

Bien sûr l’échelle, au même titre que la ligne et la proportion, est le principal élément de conception, un détail qui définit le caractère d’un objet et l’un des choix essentiels exercés au cours du processus de conception. L’échelle du fauteuil, de la table ou de la lampe – ou l’échelle relative de l’un de ses composants – en fait un l’objet unique, exprime sa fonction et sans doute son esprit ludique ou pondéré. On n’a qu’à penser à l’exubérance et à la finesse d’esprit avec lesquelles un designer comme Philippe Starck explore l’échelle avec ses canapés à profil élevé semblables à un trône et ses horloges nettement surdimensionnées pour apprécier la force expressive de l’échelle. De la même façon, l’échelle peut se montrer plus simple et plus disciplinée – l’échelle exacte de la « croquée » qui distingue le logo d’Apple, la mesure économique d’un plateau de table ou les dimensions compactes d’une horloge qui est réduite à sa plus simple expression, soit une horloge qui n’est qu’une d’horloge et ne fait pas également office d’élément de décoration ou de symbole de prestige.

null
null


Il existe autant de façons d’écrire au sujet de la conception qu’il existe de pratiques de conception. Nous pouvons décrire, analyser, comparer, juger et classer; proposer des théories sur la créativité, la forme et la fonction sociale. Nous pouvons qualifier la conception de langage ou de mode de pensée. Ou encore, nous pouvons nous arrêter sur un volet essentiel de la conception, c’est-à-dire le détail. Bien qu’un détail puisse être de proportion modeste – un bouton, une couture, un fermoir, une moulure –, le sujet n’est pas pour autant banal. Le détail de conception est porteur de concepts plus vastes, peu importe sa taille. Sa portée par rapport à l’ensemble de l’objet peut être moindre, mais sa signification n’est pas moins profonde. Le détail rend la conception non seulement intelligible, mais également mémorable et significative. Télécharger Aucun détail n’est insignifiant pour l’explorer en détail.

SHOW FILE PROPERTIES
file name

description

size

created

modified